Paroisse St-Jean-de-Brébeuf

Nous sommes les collaborateurs-trices de Dieu (1Co3,9) Tous ensemble en mission.

jeudi, 10 octobre 2019 14:09

LECTIO DIVINA

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (17, 11-19)
En ce temps-là,
Jésus, marchant vers Jérusalem,
traversait la région située entre la Samarie et la Galilée.
Comme il entrait dans un village,
dix lépreux vinrent à sa rencontre.
Ils s’arrêtèrent à distance
et lui crièrent :
« Jésus, maître,
prends pitié de nous. »
À cette vue, Jésus leur dit :


« Allez vous montrer aux prêtres. »
En cours de route, ils furent purifiés.
L’un d’eux, voyant qu’il était guéri,
revint sur ses pas, en glorifiant Dieu à pleine voix.
Il se jeta face contre terre aux pieds de Jésus
en lui rendant grâce.
Or, c’était un Samaritain.
Alors Jésus prit la parole en disant :
« Tous les dix n’ont-ils pas été purifiés ?
Les neuf autres, où sont-ils ?
Il ne s’est trouvé parmi eux que cet étranger
pour revenir sur ses pas et rendre gloire à Dieu ! »
Jésus lui dit :
« Relève-toi et va : ta foi t’a sauvé. »
– Acclamons la Parole de Dieu.

LECTIO
Dans l’Évangile de ce jour, Jésus donne une importante leçon sur la reconnaissance pour les bénédictions de Dieu.
Jésus est en route vers Jérusalem, vers sa crucifixion et sa résurrection. Se tenant à distance, à l’extérieur d’un village, dix hommes atteints d’une redoutable maladie de peau appellent Jésus : «Jésus, Maître aie pitié de nous!» (v. 11)
À l’époque de Jésus, la situation de ceux qui étaient atteints de lèpre ou d’autres maladies de peau était réellement désespérée. Forcés de quitter leurs familles et leurs amis, ils devaient vivre en exil, loin du reste de la communauté, et étaient obligés de se débrouiller avec d’autres vivants dans la même condition.
Ils étaient exclus de la vie religieuse de la communauté, et considérés comme «spirituellement impurs». Certains étaient même convaincus que leur maladie était une punition de Dieu. Leur situation était lamentable. Ils n’avaient aucune perspective, et guère plus d’espérance. La seule possibilité de retrouver une vie normale était la guérison de la maladie de peau, et une guérison certifiée par un prêtre.
Rien d’étonnant alors à ce que ces hommes appellent Jésus à leur aide! Et Jésus les envoie simplement se faire examiner par le prêtre. Tous se plient à la consigne de Jésus, et alors qu’ils sont en route pour aller voir le prêtre, le miracle a lieu : tous les dix sont guéris.
L’un d’entre eux se précipite pour remercier Jésus et louer Dieu dès qu’il découvre qu’il est guéri. En a-t-il parlé aux autres avant de faire demi-tour? Aucune précision n’est donnée, mais on comprend que cet homme était un Samaritain.
Les neuf autres étaient probablement tous Juifs. Jésus était un maître juif. Les Juifs regardaient les Samaritains de haut et les considéraient comme des hérétiques du point de vue religieux. La seule personne à manifester sa reconnaissance et à rendre grâce à Dieu est précisément celle dont on s’y attendait le moins.
Les dernières paroles que Jésus adresse au Samaritain sont significatives. Le mot rendu par «relève-toi» avait plusieurs niveaux de signification; pour les premiers chrétiens il évoquait la résurrection ou la vie nouvelle. Dix lépreux ont été guéris, mais seul au Samaritain il est dit que sa foi l’a sauvé. Jésus peut évoquer ainsi aussi bien une guérison spirituelle qu’une guérison physique.

MEDITATIO
Je suis dans la foule et j’observe la scène. Que me dit Jésus à travers cette guérison?
Suis-je reconnaissante pour les petits bonheurs que le Seigneur me donne à chaque jour?